2017-2018 – JiSun LEE

Steps_JiSunLEE

Image de la série photographique “Steps (2013-2017)

 

  • Auto-introduction de son univers artistique :

La vie de l’artiste, accompagnée des œuvres créées à des moments différents et aux endroits variables, est comme un voyage sans destination à travers lequel le souvenir se pointe, l’horizon se trace et le plan se chemine.

Le dessin est un outil qui me décharge des souvenirs débordants et me permet de revisiter des scènes tantôt apparentes tantôt cachées dans la mémoire. Je dessine comme si j’écrivais un texte sur un moment de la vie avec des lettres alphabétiques ou autres, comme si je prenais des photographies quotidiennes, mais lentes et longues dont chaque partie est touchée par mes doigts.

La vidéo est un média où les images issues de différentes techniques peuvent se réunir et s’animer. Je prends des notes aux moments et lieux différents en dessinant, photographiant, ou écrivant. Ces éléments sont manipulés ensemble à travers le montage avec des figures virtuelles créées sur l’ordinateur. Les scènes ainsi réalisées s’agencent de manière à la fois linéaire et circulaire, autrement dit, avec une logique tantôt consciente, tantôt inconsciente.

Dans la durée déterminée, les ‘frames’ passent successivement, en révélant une ou plusieurs histoire(s) et en constituant le contenu et la forme de l’œuvre.  L’espace rectangulaire de ce média devient une scène pour des figures poétiques, un point de croisement de l’image et du son, et un monde prêt à accueillir les spectateurs qui s’y projettent.

Faire une exposition, il s’agit ainsi de concevoir une journée séparée du temps commun, d’organiser les actions et mouvements particuliers, de réunir et revoir les œuvres créées, en fonction de tout ce qu’on peut imaginer ainsi que de tout ce qu’on ne peut jamais prévoir.

 JiSun LEE – artleejisun.com

  • Son parcours

Artiste multimédia sud coréenne née en 1989, JiSun Lee est diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure d’art et de design de Dijon. Elle expose principalement entre la France et la Corée, pour des manifestations autour du dessin ou de la vidéo. Des musiciens accompagnent parfois la projection de ses oeuvres. Elle participe à de nombreux festivals et expositions collectives. Depuis 2015 son travail est visible lors de projections ou d’expositions personnelles, comme cette année au Centre Culturel Coréen de Paris, avec «La touche, une tache». JiSun Lee a écrit des articles pour le magazine coréen CultureM Magazine, est membre de l’AJAC, Association des Jeunes Artistes Coréens.

  • Sa démarche

Ses identités personnelle et artistique se construisent autour de sa situation de mouvements et de déplacements fréquents, entre lieux du «chez-soi» et lieux transitoires. Textes, dessins, photographies sont autant de notes prises dans ces espaces-temps, des instants/instantanés transformés par la vidéo, la création numérique d’images et de sons, de musique. Les fragments deviennent la source d’oeuvres poétiques et intimistes, des «mythologies quotidiennes» faites «d’ondoiements graphiques et de vibrations» (Anaïs Demir pour «La touche, une tache»). Beaugency constitue un nouvel espace-temps à explorer dans ses instants, ses fragments, à découvrir le temps de la résidence avant de les partager avec tous : «atmosphère, façades, couleurs, cieux, bruits quotidiens, vents, physionomies des gens, histoires racontées, rencontres, goûts» ensuite recomposés sous la forme de dessins, photographies et morceaux audio-visuels.